Témoignage Claire : de L’Écosse à la France

Aujourd’hui nous allons découvrir le témoignage de Claire, Au Pair à Biarritz depuis 1 an. 🌊 Cette Ecossaise va nous raconter son expérience. 

Au début de l'année 2020, j'étais dans mon dernier semestre de ma licence d'histoire de l'art. Je vivais dans ma ville natale de Glasgow en Écosse et je me rapprochais de plus en plus de la fin de ma carrière universitaire. Cette période est vite devenue stressante et incertaine comme pour la plupart des étudiants. Voir les effets du covid se répandre dans chaque nation, nous enfermant dans nos maisons, fermant les villes, les universités, les voyages et bien d'autres choses encore, était vraiment dévastateur.

Alors que j'étudiais pour mes examens à la maison et que j'écrivais ma thèse finale, j'ai beaucoup pensé à mon avenir et à l'ambiguïté de celui-ci. L'image que l'on a dans la tête après avoir obtenu son diplôme est que l'on trouve soit un programme d'études supérieures, soit un stage, soit un bon emploi, ou même un voyage dans le monde entier, mais aucune de ces options n'était possible. La pandémie, comme pour la plupart des gens, m'a donné l'impression qu'il n'y avait rien d’autre à faire qu’à attendre avec impatience. Je me suis sentie perdue et tous mes espoirs d'obtenir un diplôme ont disparu. Après avoir soumis tous mes examens et évaluations, j'ai obtenu mon diplôme (par e-mail) en juin de cet été-là, et j'ai très vite commencé à chercher un emploi.

Pendant que je cherchais un emploi, j'ai commencé à beaucoup réfléchir à mon séjour à l'université et à ce que je voulais vraiment faire. Pendant mes études, j'ai eu la chance d'apprendre et d'expérimenter tant de choses. C'est là que ma passion pour l'apprentissage du français a vraiment grandi. J'ai étudié le français pendant les deux premières années de mon cursus universitaire et j'ai développé un réel intérêt pour la langue et la culture françaises. Je rêvais souvent de visiter le Louvre et le Musée d'Orsay et d'errer sans but dans les rues de Paris, fascinée par l'architecture de la ville. Mais comme nous ne le savons que trop bien, mes espoirs de visiter la beauté de la France en 2020 ont été soudainement anéantis par la pandémie.Étudier et être Au Pair

J'ai donc continué à postuler pour divers emplois : supermarchés, maisons de soins et centres d'appels, mais je n'ai reçu aucune réponse. Nous étions alors fin juin 2020 et j'avais l'impression d'avoir épuisé toutes mes options. Jusqu'au jour où j'ai décidé (comme nous l'avons tous fait) de faire une petite pause dans la vie et d'aller sur YouTube. En faisant défiler les vidéos, je suis tombée sur une fille qui vivait à Paris et qui parlait de son expérience en tant que fille au pair à Paris. J'ai regardé sa vidéo, intriguée par l'idée que je pourrais faire comme elle et vivre ma vie en France tout en travaillant avec des enfants.

Personnellement, j'avais beaucoup travaillé avec des enfants en Écosse. J'ai travaillé dans des écoles primaires en tant qu'assistante de professeur, j'ai fait du babysitting le week-end et je me suis même portée volontaire pour être assistante dans une école d'été. Je me disais : "Je pourrais être comme elle", et sans hésiter, j'ai parcouru les vidéos YouTube de Au Pair avant de tomber sur la chaîne YouTube "Au Pair Oh Paris". Peu de temps après avoir trouvé leur chaîne, je suis tombée sur le lien de l'agence Au Pair, AU PAIR BUTRFLY. En cliquant sur le lien et en consultant le site web, j'ai été agréablement surprise par la facilité avec laquelle je pouvais devenir au pair en passant par une agence au pair. Le site était si bien conçu que mon intrigue s'est transformée en action. C'était mon rêve de vivre en France et maintenant que je n'étais plus liée à l'université, je pouvais le réaliser. Je n'avais vraiment rien à perdre.

Sur un coup de tête, j'ai créé un profil sur AU PAIR BUTRFLY, sans vraiment m'attendre à ce que quelque chose se passe tout de suite, mais en espérant que quelque chose de bien en sortirait. Moins d'une semaine après avoir créé mon profil sur AU PAIR BUTRFLY, j'ai eu un entretien en ligne avec Manuela, l'une des fondatrices de l'agence. Elle m'a parlé de mes motivations pour être au pair, des raisons pour lesquelles je voulais le faire, de mon expérience avec les enfants, de l'endroit où j'aimerais rester en France et de la durée de mon séjour ? Après avoir répondu à ses questions et avoir discuté du fonctionnement d'une agence de placement au pair, on m'a envoyé le profil de quelques familles qui cherchaient une fille au pair. Tout est devenu si réel et si excitant, et j'étais si heureuse que mon rêve devienne réalité. J'étais heureuse de m'installer n'importe où en France et après avoir parlé à quelques familles, j'ai accepté de bon cœur de rester avec une merveilleuse famille dans le magnifique Pays basque, dans le sud-ouest de la France !Je veux + d'infos, je prends rendez-vous

Bien qu'il n'ait pas été facile de déménager dans un autre pays compte tenu de la nature de la pandémie et, pour moi, des complications du Brexit, j'étais très motivée pour vivre une nouvelle expérience en dehors du milieu universitaire. Je voulais un espace pour m'épanouir et découvrir une nouvelle culture et un nouveau mode de vie. J'ai amélioré mon français de façon exponentielle, j'ai rencontré tellement de gens charmants et je me suis fait des amis merveilleux, ce qui, je l'admets aussi, n'a pas été facile, surtout à cause de la situation sanitaire. Mais je l'ai fait. J'ai fait ce que j'ai toujours voulu faire. J'ai fait un saut dans l'inconnu et j'ai utilisé les compétences que j'avais déjà développées en Écosse pour les mettre à profit en tant que fille au pair. Honnêtement, je ne changerais rien à mon expérience, et je suis plus qu'heureuse de dire que, malgré les nombreux défis, j'ai réussi à quitter l'Écosse pour la France !Crée ton compte Au Pair

Leave a Comment