Homesickness : comment gérer l’éloignement ?

Que vous soyez habitué ou non à voyager loin de votre famille et vos proches, le sentiment de manque de vos proches et au-delà, de votre pays d’origine se fera forcement sentir à un moment ou un autre de votre séjour en tant que Au Pair. Julie, ancienne au pair française aux USA, vous donne quelques conseils.

1. Tout d’abord avant le départ, être conscient qu’il y aura des moments difficiles et ne pas partir trop confiant, ces sentiments sont tout à fait normaux

Même si vous avez l’habitude de voyager, dans le cas d’un séjour en tant qu’Au Pair, il ne s’agit pas de partir en vacances mais bel et bien de venir s’installer et vivre dans une nouvelle famille que vous avez choisi certes mais qui pour autant n’est pas votre propre famille et avec laquelle il vous faudra apprendre à créer des liens.

2. Un temps nécessaire d’adaptation.

Laissez-vous et laissez  à votre famille d’accueil le temps d’apprendre à se connaître mutuellement. Vous ne serez pas forcement à l’aise au bout de 2 jours (le contraire serait même étonnant) ou même 2 semaines, et d’ailleurs il est très probable que certaines choses, habitudes… vous étonnent et vous choquent même tout au long de l’année. Et n’oubliez pas que votre famille d’accueil ressentira probablement la même chose à votre égard.


3. Apprendre à vivre avec les habitudes de votre famille d’accueil.

Et à elle d’apprendre aussi à vivre avec les vôtres!  Comme avec vos amis, proches, chacun a ses petites habitudes de vie qui peuvent parfois paraître étranges ou difficiles à vivre au quotidien. Il s’agit bien ici de partager un quotidien durant des mois et non juste de passer quelques jours de vacances ensemble. Certaines choses risquent de vous irriter parfois, par exemple vous êtes peut-être très carré sur les horaires ou le rangement alors que votre famille d’accueil à contrario sera peut-être un peu « bordélique » et souvent en retard. Il n’est pas question dans le cas d’une cohabitation en tant qu’au pair de faire changer l’une ou l’autre des parties mais bel et bien d’apprendre à composer avec les défauts et qualités de chacun et de s’adapter. En effet jamais vous ne trouverez une famille d’accueil qui colle à 100% à vos attentes et à ce que vous vivez chez vous et d’ailleurs l’objectif n’est pas là, le but est plutôt de découvrir une nouvelle culture, un autre mode de vie. Il faudra donc accepter leur mode de vie et eux
devront accepter le vôtre pour que cette année se passe au mieux. Ceci dit n’hésitez pas à leur faire part de votre étonnement sur certaines choses, l’essentiel est de vous sentir à l’aise pour communiquer avec eux et réciproquement.
 

 

4. Se fixer des objectifs. 

Réfléchissez « Pourquoi vous êtes partis en tant qu’Au Pair »? Les raisons peuvent être multiples, découvrir une culture, un pays, apprendre une langue, prendre des cours, devenir plus expérimenté avec les enfants… Afin d’atteindre cet objectif, il vous faut réussir à passer ces quelques mois dans votre famille d’accueil tout simplement. Et sachez que vous serez très fier de vous d’avoir réussi à tenir vos objectifs à la fin de votre expérience.

 

5. Ecrire un journal.

Pour vous permettre de coucher toutes ses émotions sur papier et vous aider ainsi à les relativiser. Cela peut vous paraître un « truc d’adolescent » mais en réalité,prendre ce temps rien que pour soi durant cette période de grand changement dans votre vie peut être très bénéfique pour vous. Essayez de vous accorder un temps rien que pour écrire, que ça soit 10 minutes par jour, 1 heure par semaine…

 

6. Parler avec vos proches de votre pays d’origine quand vous en avez besoin. 

C’est tout bête mais s’ils vous manquent, prenez peut être le temps de les appeler, leur écrire, leur parler plus souvent ou plus longtemps. Le fait de leur parler vous ferra prendre conscience que eux non plus ne vous oublient pas et pensent à vous, comme vous pensez à eux.

 

7. Parler avec d’autres Au Pair ou ex Au Pair de votre expérience, de vos sentiments.

Vous vous rendrez compte que ces sentiments sont classiques et partagés par la quasi-totalité des Au Pair. N’oubliez pas que vous partagez la même expérience, les mêmes doutes, interrogations, probablement les mêmes tristesses et moments difficiles, au même moment ou à des moments différents d’ailleurs. Personne n’est plus à même de vous aider à passer ce cap que d’autres Au Pair ou d’anciennes Au Pair. Pour ma part, heureusement que j’ai pu en parler à des Au Pair autour de moi et nous avons ensemble parlé de nos doutes.

 

 

Partir au pair

Leave a Comment